La ZAC Sèvres-Manufacture : un quartier emblématique

Parmi les chantiers menés par la Semi-Sèvres, la rénovation du quartier du pont de Sèvres dans les années 80 et 90 est la plus importante opération de rénovation urbaine menée à Sèvres ces quarante dernières années.


L’étude préalable, lancée dès 1983, permet de recenser les immeubles qu’il faudrait conserver le long de la Grande Rue. Elle va être complétée d’une part par un diagnostic sur la qualité des bâtiments, réalisé par l’Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat (ANAH) et par une estimation du coût des réhabilitations d’autre part. Indépendamment de ces réhabilitations hors ZAC, plusieurs études de plans masses et de faisabilité commencent à donner une idée de ce que pourra être la ZAC Sèvres-Manufacture. « Un dossier capital pour notre ville située aux portes de Paris » estimait alors Daniel Videau, maire-adjoint chargé de l’Urbanisme et Président de la Semi-Sèvres.

Objectifs

Arrêtés lors d’une délibération du 4 octobre 1985, les objectifs de cette ZAC étaient les suivants :
– création d’équipements publics (crèche, école maternelle, installations sportives…)
– rattachement du quartier au centre-ville ;
– respect du site par la volumétrie des bâtiments à construire ;
– construction de logements neufs ;
– développement des activités artisanales et commerciales.

Logements

En 1991, l’ensemble des logements prévus sur la ZAC sont terminés. La priorité avait été, dès 1986, de réaliser 66 logements PLA, avenue de la Division Leclerc, pour reloger les locataires des immeubles à démolir. Ce sont plus de 200 logements qui sont livrés.

Hôtel d’activités et bureaux

Un immeuble d’activités où se trouve notamment le Garage du Pont de Sèvres est également livré en 1990. Par ailleurs, 70 000 m2 de bureaux sont construits. Pages Jaunes va s’installer en mars 1990 sur les 25 000 premiers m2 construits. À cette époque où la taxe professionnelle était perçue par les villes, le projet de la ZAC devait permettre d’alléger la charge fiscale des ménages.

Hôtel et commerces

Un hôtel trois étoiles de 140 chambres est créé. C’est l’hôtel Adagio, actuel Novotel. Les commerces sont répartis sur  800 m2 autour de la place centrale et le long de Grande Rue.

Équipements publics

Enfin, le gymnase des Cent-Gardes, l’école maternelle Brimborion, la crèche du Vieux Moulin, le conservatoire de musique et de danse voient le jour à l’occasion de la réalisation de cette ZAC.
Avec la vente de la Semi-Sèvres, c’est une page de l’histoire de la ville qui se tourne.

Haut de page

Laisser un commentaire