Tribunes de l’opposition – Mars 2020

Pendant ces 6 années, je suis fière d’avoir été à vos côté pour défendre votre voix et ce que nous avions porté durant la campagne. Fière d’avoir été fidèle à mes valeurs et à mes idées quand beaucoup tombent dans l’opportunisme. J’ai cherché à être une opposition constructive en votant les délibérations qui me semblaient justes et en participant à de nombreuses commissions. Fière d’être fidèle à l’idéal jaurésien : dialogue, compromis par la discussion, savoir évoluer avec la société et le monde qui nous entoure. Fière de mettre en valeur la social-écologie pour lier question sociale et enjeux politiques et pour cela ne pas voter la vente de la gare du Pont de Sèvres et la diminution du nombre d’ATSEM dans les écoles maternelles, m’opposer au projet du centre-ville très minéral entre autres. Ce fut une expérience intense, et passionnante, accompagnée par mes collègues de l’opposition de gauche et de l’écologie présents et passés. La politique, la vie de la cité a encore plus de sens dans l’engagement municipal, c’est pourquoi sévrien.nes je vous invite tous à exercer ce droit fondamental de voter les 15 et 22 mars prochains pour choisir la ville que vous souhaitez ici et maintenant mais aussi pour les années futures et leurs défis.

Anne-Marie de Longevialle Moulaï
am.delongevialle@wanadoo.fr
https://partisocialiste-sevres.org

Informer et prévenir des risques : une obligation
Une ville résiliente s’adapte aux effets du changement climatique et se donne les moyens de parer aux risques existants sur le territoire. Qu’en est-il à Sèvres ?
La Seine peut quitter son lit : en juin 2016, les îles Monsieur, Seguin et Saint Germain ont été inondées. Nous étions loin de la crue de 1910, mais le risque devenait palpable. D’autres menaces pour notre ville sont moins connues. En mai 2018, le préfet des Hauts-de-Seine a interpellé le maire pour l’avertir du danger que représente une rupture de barrage aux étangs de Corot à Ville d’Avray. Ces étangs, créés il y a 300 ans pour alimenter le parc de Saint-Cloud, sont contenus par deux digues, en mauvais état. Si elles venaient à lâcher, une vague de 2 m dévalerait sur Sèvres, noyant la rue de Ville d’Avray et le centre-ville. Le préfet demandait donc au maire d’informer les Sévrien.nes dans l’attente des travaux de fortification. Aucune communication n’a été réalisée ! Le conseil municipal n’a même pas été informé de la demande du préfet. C’est un manquement grave aux devoirs du maire. Cet hiver, les étangs ont été asséchés et les travaux de reprise des digues ont débuté, ils dureront deux ans. Le danger semble maintenant écarté. D’autres aléas existent, comme celui de l’effondrement des talus SNCF. Début février, un glissement de terrain a eu lieu lors du passage d’un train à proximité de la gare de Sèvres-Ville d’Avray. Heureusement il n’a pas fait de victimes, mais la ligne est fermée pour de longues semaines. Face à ces risques des « plans communaux de sauvegardes » et autres « documents d’information communal sur les risques majeurs » doivent être élaborés. Il ne s’agit pas d’affoler les populations, mais de se donner les moyens d’anticiper les risques, alors qu’attendons-nous pour assurer la sécurité des habitants ?

Catherine Candelier
catherine.candelier@free.fr
Luc Blanchard
luc.blanchard@free.fr
Josefina Cuadra
josefina.cuadra@sfr.fr
http://sevres.eelv.fr/
contact groupe local :
carwesg@gmail.com

Haut de page

Laisser un commentaire