Tempête Eléanor

Les agents de Grand Paris Seine Ouest mobilisés pour les habitants du territoire.

Lors de son passage sur le territoire de Grand Paris Seine Ouest, mercredi 3 janvier 2018, la tempête Eléanor a provoqué de nombreux dégâts matériels (chutes d’arbres et de branches, rupture de réseaux de communication, bacs et déchets renversés, inondation des routes, barrières de chantier à terre, panneaux de signalisation et mobilier urbain tombés, illuminations décrochées, sapins de Noël envolés…) Si GPSO contrôle le patrimoine arboré du domaine public, cet événement climatique a mis en évidence la fragilité de certains arbres sur le territoire et soulève à nouveau la question de ce qui doit être mis en œuvre par les propriétaires privés a priori et a fortiori quand leur arbre chute sur l’espace public.

Des agents sur le terrain, au plus près des habitants sinistrés

Cette tempête a occasionné plusieurs chutes importantes d’arbres et de branches sur le territoire de GPSO. Par mesure de sécurité et suivant la procédure d’usage, les parcs et squares ont été fermés au public, afin de prévenir tout risque potentiel d’accidents. En effet, grâce à un suivi des logiciels météorologiques dédiés, qui permet d’anticiper les aléas climatiques, l’astreinte communautaire a pu alerter en amont l’ensemble des villes du passage imminent d’Eléanor. D’autre part, les équipes mobilisées sur le terrain ont été renforcées, les élagueurs étaient en vigilance afin de pouvoir agir rapidement (8 agents mobilisés lors de la tempête) et certains agents en congés se sont manifestés spontanément pour renforcer les équipes de terrain.

Des actions immédiates et futures

Ce sont ainsi une trentaine d’agents qui ont été mobilisés pour mettre en place des barrières et des cônes, dévier la circulation et débiter les arbres morts. Sur l’espace public, les arbres abattus seront remplacés par de nouveaux sujets d’ici le mois de mars. Les parcs et squares fermés ont été visités dès le jeudi afin d’être ouverts aux riverains dès le vendredi 5 janvier.
Au total, quinze arbres ont été abattus ou déracinés, dont une majorité située sur des espaces privés. On comptabilise, à  Sèvres, deux arbres privés sente de la Grande haie et rue des Binelles, un if au cimetière et un au parc de Brimborion et enfin un arbre rue de Wolfenbuttel.

Haut de page

Laisser un commentaire