Portrait : Dominique Sciamma

Dominique Sciamma

Humaniste compulsif et visionnaire.

L’une des 60 meilleures écoles de design au monde est installée à Sèvres depuis 2009. Rencontre avec le charismatique directeur de Strate Ecole de design.

Les chats ont neuf vies, dit la légende… Dominique Sciamma, qui en a le regard « Persan », en a vécu bien plus professionnellement. Diplômé de mathématiques et d’informatique théorique, ce passionné des techniques de l’information et de la communication est viscéralement remonté contre la paresse intellectuelle. Résultat, l’ingénieur a changé de métier tous les trois ans, pour devenir chercheur en intelligence artificielle, auteur de logiciels, développeur, scénariste de BD et de jeux vidéos, éditeur électronique, concepteur d’interfaces… en somme inventeur.
Quand il entre à Strate Ecole de design, en 1998, il dispense 40 heures de cours de communication par an. Neuf ans plus tard, il en donne 500 à l’année, encadre l’ensemble des diplômes et crée le département Systèmes et Objets Interactifs, où les objets du quotidien s’animent grâce au numérique pour devenir des « Robjets » ( mot –valise formé par robot et objet). En 2010, il lance la direction de la Recherche en partenariat avec les Grandes écoles.
Simple suite logique, quand le fondateur, Jean-René Talopp, passe la main, en 2013, il choisit Dominique Sciamma pour lui succéder à la tête de l’établissement. Son credo n’a pas changé, « rendre le monde plus simple, plus juste, plus beau. » Trois mots qui flottent en bannière et en lettres capitales au-dessus de l’escalier central où vont et viennent les étudiants à rythme régulier. Comme une évidence, pour ce visionnaire français à la Steve Jobs, qui excelle dans l’art de transformer les concepts en design utile.

Rendre le monde plus simple, plus juste, plus beau.

« Le design est le métier du XXIe siècle, il doit être social, humain, responsable et beau. C’est la rencontre de l’art et de la science. Les jeunes ont le devoir de développer leurs talents individuels, mais les réussites seront collectives. Sur une planète qui atteint ses limites, les designers deviennent des héros anonymes qui contribuent au changement du monde. Ils doivent modifier leur regard et faire de l’éco conception pour le préserver. »
Cette école, qui forme en cinq ans « les designers d’aujourd’hui et de demain », est une ruche. Comme autant d’abeilles sentinelles, élèves et professeurs veillent vertueusement à la liberté de pensée et de création de chacun, mais le travail est collégial. Peu ou pas de cours magistral, l’enseignement est mené par des professionnels qui interviennent dans leur domaine d’activité. De la même manière, l’entrée à l’école privée se fait sur entretien. « Il nous arrive de refuser d’excellents dessinateurs.» Ici, l’humain est au cœur des valeurs. « Le dessin s’apprend.»
Ce  créatif compulsif et humaniste – fan absolu de Tintin, d’Arsène Wenger (entraîneur du club anglais d’Arsenal) et du groupe musical français Magma – n’a qu’un objectif aujourd’hui : faire de son école, « la meilleure de France et du monde. » Kobaïa !

Strate Ecole de design
27, avenue de la Division-Leclerc
01 46 42 88 77
info@stratecollege.fr
www.stratecollege.fr

Haut de page

Laisser un commentaire