Philippe Pinard : une démarche écologique récompensée

Philippe Pinard a transformé une maison auparavant très énergivore en demeure économe dont l’impact se mesure autant pour la planète que pour le porte-monnaie.
Coup de projecteur sur sa démarche…

Construite dans le quartier Brancas, la maison de Philippe et Marie-Jeanne Pinard affiche la beauté discrète des maisons où il fait bon vivre. « Nous partons rarement en vacances, notre maison est véritablement à la fois notre lieu de vie au quotidien, notre maison de campagne et notre résidence de vacances. » confie Philippe Pinard. « Nous avons trouvé cette maison de 200 m2 qui correspondait à nos attentes. Construite dans les années soixante, elle ne répondait à aucun des critères écologiques auxquels nous sommes sensibles maintenant. À l’époque, le coût de l’énergie était négligeable et l’on ne parlait pas encore de réchauffement climatique ! » se rappelle le vétérinaire qui exerce sur Saint-Cloud.

« Après avoir remplacé toutes les fenêtres pour du double vitrage, nous avons opté pour une pompe à chaleur en 2008. Choisie volontairement surdimensionnée, la pompe a permis de diviser par 3 notre consommation. Même si le prix d’une pompe à chaleur constitue un véritable investissement, nous l’avons amortie au bout de 7 ans. » assure Philippe Pinard.
Une fois lancé, le couple décide d’aller plus loin dans sa démarche. En octobre 2018, Philippe prend rendez-vous avec les experts de l’Agence locale de l’Énergie et du Climat pour aborder son nouveau projet : l’isolation des combles.

« Le premier étage de la maison était toujours plus froid en hiver et plus chaud en été. Il était évident que nous perdions beaucoup d’énergie par le toit. La spécialiste qui m’a reçu a pris le temps de m’expliquer les matériaux possibles, l’importance du temps de déphasage, les aides misent en place par les différents acteurs, dont GPSO ou la mairie de Sèvres. »
Cette démarche est à la portée de tout le monde, mais il convient d’être très vigilant sur la procédure à suivre sous peine de voir les aides annulées. « Même si le dossier prend un peu de temps, la démarche est payante. Ainsi sur les 10 000 euros pour l’installation des panneaux de bois comprimé dans les combles et l’isolation en sous-face du sous-sol, les aides peuvent atteindre jusqu’à 6 000 euros. » ajoute Philippe Pinard, satisfait d’avoir apporté sa contribution à la lutte contre le réchauffement climatique, d’avoir ajouté une véritable plus-value à sa maison et d’avoir augmenté son confort de vie… tout en faisant des économies.

Pour être subventionné :
Agence Locale de l’Energie et du Climat GPSO Energie
0800 10 10 21 – infoenergie@gpso-energie.frwww.gpso-energie.fr

Haut de page

Laisser un commentaire