Pascal Prunet : humble et dévoué serviteur

Coup de projecteur sur Pascal Prunet – architecte en charge de la rénovation de l’église Saint Romain – cet « humble et dévoué serviteur » comme signaient autrefois les architectes du roi.

En rentrant dans l’église Saint Romain, la tête levée, l’architecte en chef des monuments historiques scrute avec minutie chaque recoin de l’édifice religieux. Rien ne lui échappe. Cet admirateur inconditionnel de Le Corbusier observe, vérifie, détaille, puis soudain le sourire du devoir accompli s’esquisse sur ces lèvres : « Le chantier se termine. Nous allons replacer le mobilier et l’église sera accessible pour les fêtes de fin d’année » débute Pascal Prunet. Dès mi-décembre, les Sévriens pourront admirer l’ensemble des travaux réalisés par les nombreux corps de métiers qui sont intervenus sur ce chantier.

En installant son agence d’architecture, au 66, rue des Binelles en 1990, Pascal Prunet, Sévrien depuis 1983, ne pensait pas que l’église prendrait une place si importante dans sa vie. Il se plait à évoquer l’histoire de cet édifice cher à son cœur dans lequel il a baptisé ses enfants. « Au départ, Saint-Romain est une église assez modeste. Elle a connu différentes phases d’élargissement progressives. À chaque fois, ces travaux sur l’existant ne garantissaient pas les meilleures conditions. Ces strates successives, cumulées avec des conditions géologiques spécifiques, avaient fragilisé le bâtiment qui menaçait de sombrer telle une coque de bateau. C’est pourquoi nous avons dû envisager une véritable rénovation à la suite des diagnostics réalisés. » précise l’architecte sévrien qui intervient aussi sur les cathédrales de Limoges, de Nîmes ou sur Notre-Dame de Paris.

Une grande partie des travaux est invisible

Une grande partie des travaux réalisés, comme ceux sur la charpente, le campanile, les pieux des fondations, la toiture… est invisible pour le simple visiteur. Cependant les paroissiens ne manqueront pas d’admirer les changements au niveau du chœur. Un chœur qui a retrouvé sa flamboyance d’antan. « Nous avons fait émerger des décors riches et complexes : des motifs de vignes, des initiales SR, pour Saint Romain, des polychromies de bleu, des dorures en résonance avec les vitraux, une voûte étoilée qui invite à l’élévation… Auparavant plutôt terne, le chœur attire désormais tous les regards et semble rendre hommage à la devise des Jésuites Ad majorem Dei gloriam » cite, Pascal Prunet, l’humble et dévoué serviteur, qui est fier d’avoir rendu sa vérité et sa dignité à l’église Saint Romain.

Haut de page

Laisser un commentaire