Mois sans tabac

La Ville soutient #MoisSansTabac, initiative du ministère des Solidarités et de la Santé, de Santé publique France et de l’Assurance Maladie pour réduire le tabagisme. La Ville entend également lutter contre la pollution liée au tabac.

Cette opération nationale, #MoisSansTabac, qui incite de manière positive les fumeurs à arrêter le tabac pendant 30 jours, se déroule durant tout le mois de novembre. L’objectif est de faire reculer le tabagisme, sachant que 60% des fumeurs français ont le souhait d’arrêter. Un mois sans tabac multiplie par cinq les chances d’arrêter de fumer définitivement.

Ce n’est pas une surprise : le tabac est mauvais pour la santé. Les risques pour votre santé sont liés au nombre de cigarettes que vous fumez par jour, mais aussi à la durée de votre tabagisme. Pour préserver votre santé, le mieux c’est d’arrêter complètement de fumer, le plus longtemps possible. En France, le tabagisme est la première cause de mortalité évitable et la principale cause évitable de cancers. Le tabagisme actif est responsable de 20 % des cancers. Le plus répandu est le cancer du poumon, mais d’autres types de cancer sont aussi favorisés par le tabagisme : gorge, bouche, lèvres, pancréas, œsophage, reins, vessie, utérus…

75 000 personnes meurent chaque année du tabagisme

En arrêtant de fumer, vous diminuez de jour en jour votre risque d’être touché par l’une de ces maladies. De plus, le tabagisme est la première cause des maladies cardio-vasculaires, c’est-à-dire des maladies qui touchent le cœur et les vaisseaux sanguins. Les plus répandues sont l’infarctus du myocarde, l’anévrisme, l’accident vasculaire cérébral (AVC), l’hypertension artérielle et l’artérite. Même en fumant très peu, vous vous exposez à des problèmes cardio-vasculaires. Pour protéger son cœur et ses vaisseaux, le mieux, c’est de ne pas fumer du tout !
En arrêtant de fumer, vous réparez une partie des dommages causés à vos poumons. Et si vous êtes déjà malade, vous augmentez vos chances de guérir. Chiche ?

Si fumer tue, jeter un mégot pollue

20 000 à 25 000 tonnes de mégots jetés chaque année en France !

Selon une étude de la Commission européenne, les mégots de cigarette sont le déchet plastique le plus retrouvé sur les plages européennes, juste après les bouteilles en plastique. En 2017 déjà, l’association SurfRider identifiait les mégots comme les principaux déchets retrouvés dans l’environnement, qu’il s’agisse des plages, des fonds marins, des rivières ou des lacs. On estime entre 20 000 à 25 000 tonnes la quantité de mégots jetés chaque année en France.
Au-delà de la pollution visuelle, ces déchets représentent surtout une source de pollution environnementale. Un mégot peut mettre plus de dix ans pour se dégrader ; le filtre contient plusieurs milliers de substances chimiques (acide cyanhydrique, naphtalène, nicotine, ammoniac, cadmium, arsenic, mercure, plomb) dont certaines sont toxiques pour les écosystèmes.
Un mégot jeté par terre et emporté par les eaux dans le système d’assainissement aura toutes les chances de rejoindre la Seine puis les mers et les océans.

La ville recycle les mégots

La Ville a mis en place des cendriers ludiques et pédagogiques en centre-ville. Les mégots qui y sont déposés sont ensuite recyclés.

Sur une idée du Conseil communal des jeunes qui avait pu constater, lors d’une marche propreté, que beaucoup de mégots traînaient par terre, la Ville a choisi, en lien avec GPSO, la société CKFD Environnement, spécialisée dans le recyclage des déchets. Cette entreprise fournit les cendriers, en assure le nettoyage, collecte les mégots et les recycle. Les mégots collectés sont dépollués et transformés en plaques d’acétate de cellulose qui donnent lieu à la fabrication d’objets comme du mobilier urbain par exemple. En jetant votre mégot dans l’un de ces cendriers, vous pouvez également participer à un sondage ludique dont les résultats seront publiés sur le site de la ville après traitement et analyse par la commission Environnement du CCJ. Qui sait, peut-être finirez-vous par arrêter de fumer ?

Cendriers portatifs

La ville va également distribuer de petits cendriers portatifs. L’équipe municipale est bien consciente que seuls 20 à 25 % des Sévriens fument encore mais tout le monde connaît au moins un fumeur dans son entourage. Lui donner ce cendrier l’incitera à ne plus jeter ses mégots n’importe où. La planète mérite bien cette attention.

Du soutien à distance

3989 : suivi par un tabacologue
tabac-info-service.fr : site internet et application, coaching en ligne

Les professionnels de santé sévriens à vos côtés
Ils sont vos interlocuteurs de proximité sur cette question de santé. Ils sauront vous conseiller sur la méthode la plus adaptée d’arrêt du tabac. Les pharmaciens de Sèvres relaieront la campagne. Médecins généralistes et sages femmes pourront vous prescrire le cas échéant des substituts nicotiniques s’ils l’estiment nécessaire au regard de votre situation. Ceux-ci sont pris en charge par l’assurance maladie depuis 2019.

Des tabacologues au CH4V
Il est possible de se faire aider par des spécialistes des addictions dans le Centre spécialisé d’accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA) du Centre Hospitalier des 4 Villes (CH4V).
Les consultations sont gratuites
et on peut solliciter l’aide d’un médecin spécialiste, mais aussi d’un psychologue ou d’une infirmière et si besoin d’une assistante sociale.
Le « Centre Dr Hass » propose notamment des consultations familiales ou individuelles ainsi que des consultations pour des populations spécifiques comme les jeunes consommateurs et les femmes enceintes ou les mères avec jeunes enfants et les personnes âgées.
141, Grande Rue -Sèvres
01 77 70 79 50
www.ch4v.fr

Les jeunes engagés et sensibilisés
Pour s’associer à cette opération, le lycée Jean-Pierre Vernant proposera aux lycéens une opération de sensibilisation contre le tabac, en partenariat avec la Ligue contre le cancer. Les jeunes du CCJ iront au devant des Sévriens pour relayer la campagne du Mois sans tabac.

Haut de page

Laisser un commentaire