L’hôpital de Sèvres se spécialise

Centre hospitalier des 4 Villes CH4V - Architecture

Le Centre hospitalier des Quatre villes s’est réorganisé pour améliorer et rendre plus cohérent le parcours de soins des patients, à Saint-Cloud et à Sèvres.


Les dix dernières années ont constitué des étapes importantes pour le Centre hospitalier des Quatre villes (CH4V) qui réunit depuis 2006, sous une même forme juridique, les établissements de Sèvres et de Saint-Cloud. En termes médicaux, cette fusion a permis de mutualiser les blocs opératoires, de mettre en commun des ressources et de regrouper des services sur l’un ou l’autre site. Tout en gardant des services qui fonctionnaient jusqu’alors en doublon à 5 km l’un de l’autre. Parallèlement, à la fusion médicale, d’importants chantiers ont été engagés pour restructurer l’hôpital de Sèvres et reconstruire celui de Saint-Cloud devenu vétuste. L’achèvement des travaux en début d’année a marqué un tournant décisif pour le centre hospitalier, qui propose aujourd’hui une offre de soins réorganisée et modernisée avec des pôles d’excellence sur ses deux sites. « Une réponse médicale efficace et adaptée aux besoins des patients, qui tient compte de l’évolution constante des techniques médicales et des coûts liés à la santé », souligne Élisabeth Pacreau, directrice du CH4V.
Une maternité regroupée à Saint-Cloud. Courant mars, les deux maternités du CH4V vont fusionner pour devenir un pôle d’activités unique installé à Saint-Cloud, sur cinq niveaux entièrement reconstruits ou rénovés. Le nouveau pôle « femme-enfant et assistance médicale à la procréation », toujours sous la responsabilité du Dr Joëlle Bellaisch-Allart reconnue pour son expertise dans les problèmes d’infertilité, permet aux femmes d’être suivies par les mêmes médecins et par les mêmes sages-femmes sans interruption de prise en charge. Les futures mamans vont disposer de sept salles d’accouchement, dont une spécifique  si elles souhaitent bénéficier d’un accouchement physiologique. Le numéro de téléphone est le même (01 77 70 70 70), la seule chose qui change c’est l’adresse !

 

Une filière de médecine interne à Sèvres. L’hôpital de Sèvres devient quant à lui un plateau technique complet de médecine et de soins de suite (SSR). Dès le mois d’avril, un service de médecine gériatrique aigüe et une unité de soins palliatifs, dirigée par le Dr Cécile Charpentier (voir page 18), va venir compléter l’offre de médecine interne. Dès lors, l’hôpital de Sèvres disposera d’une filière complète pour soigner ses malades sur place sans avoir à les déplacer, sauf en cas de chirurgie. « Les services de médecine interne qui prennent en charge des personnes âgées, ajoute Élisabeth Pacreau, doivent allier la compétence technique à un accompagnement humain de qualité. C’est d’autant plus délicat, que les personnes âgées souffrent souvent de polypathologies et pour qui une hospitalisation, aussi courte soit-elle, est toujours source de perte de repères. Moins on déplace ces personnes, mieux elles se portent. »
En se spécialisant en médecine interne, l’établissement répond à une forte demande des médecins de ville, mais aussi à celle de la population et des familles, qui souhaitent avant tout disposer d’une offre de soins de proximité adaptée à tous les âges.

 

Centre hospitalier des Quatre villes
Site de Sèvres
141, Grande-Rue.
Site de Saint-Cloud
Rue Lauer.
Standard unique : 01 77 70 70 70.
suggestion@ch4v.fr
www.ch4v.fr

 

La première filière en addictologie d’Île-de-France
La filière en addictologie la plus complète d’Île-de-France se trouve à Sèvres, encore renforcée par la création de 26 lits de soins de suite. Cette spécialité concerne principalement les adultes jeunes, hommes et femmes. L’équipe médicale pluridisciplinaire est dirigée par un psychiatre, le Dr Anastassiou. Au-delà de la maladie alcoolique, ce service traite différents types d’addictions (médicaments, tabacs, drogues, dépendances sans produit, conduites alimentaires pathologiques). Elle assure une prise en charge globale du patient, de la consultation jusqu’aux soins de suite, en passant par l’hospitalisation pour le sevrage et le parcours en hôpital de jour. L’équipe propose un suivi sanitaire et médicosocial étendu : thérapies de groupe, individuelle et familiale, expression corporelle, gymnastique, soins esthétiques, théâtre… Les personnes sont admises sur la base d’un « contrat de soins » passé entre le patient et le médecin.
CSAPA* du CH4V
?    141, Grande-Rue.
?     01 77 70 79 50.
?    www.ch4v.fr
*Centre de soins d’accompagnement et de prévention en addictologie.

 

L’offre de soins à Sèvres…
• Deux services de médecine interne dont une Unité gériatrique aigüe UGA) et cinq lits de soins palliatifs.
• Deux services de soins de suite et de réadaptation gériatrique (SSR).
• Un hôpital de jour de soins de suite gériatrique.
• Une filière complète en addictologie : médecine, soins de suite, hôpital de jour consultations et activités médico-sociales.
• Un plateau technique avec imagerie médicale, échographie, laboratoire d’analyse et des consultations spécialisées (cardiologie, gastroentérologie, rhumatologie, endocrinologie et diabétologie).
… Et à Saint-Cloud
• Un pôle femme-enfant et assistance médicale à la procréation.
• Une unité de soins continue.
• Un service de médecin interne.
• Un centre de dialyse.
• Des spécialités chirurgicales hospitalières et ambulatoires.
• Un plateau médico-technique complet (bloc, urgences, imagerie médicale, laboratoire et consultations.
Une unité individualisée de soins palliatifs
• Cinq lits de soins palliatifs vont être créés dans le nouveau service de gériatrie aigüe, dirigé par le Dr Charpentier. Cette unité individualisée va être renforcée en moyens humains  (psychologues, ergothérapeutes, psychiatres).
Un cabinet médical libéral
d’urgence…
• Composé de médecins urgentistes (qui ne sont pas des médecins traitants), le cabinet libéral d’urgence est prévu pour recevoir les patients sans rendez-vous, notamment pour les plâtres, les sutures des petites plaies… en complément des médecins de ville. Après les
premiers soins, les patients sont renvoyés vers leur médecin traitant ou vers l’hôpital si nécessaire.
Haut de page

2 réponses

  1. Jean-Pierre Le Gléau dit :

    Cet article relève hélas plus de la propagande que de l’information. Les choix qui ont été faits sont peut-être les meilleurs (?). Mais il faut avoir le courage de les assumer. Une conséquence importante de cette réorganisation sera la fermeture des urgences. « Le Sévrien » ne se devait-il pas de le signaler à ses lecteurs ? Cette « omission » retire beaucoup de crédibilité à l’ensemble de journal : seule passe l’information qui fait plaisir. On cache honteusement celle qui devrait être assumée avec courage.

    • Le webmaster dit :

      À propos de l’absence d’information particulière dans Le Sévrien de février sur la fermeture des urgences, cette décision n’a été officialisée qu’après le bouclage de ce numéro. Aussitôt cette décision connue, elle a fait l’objet d’un article dans le numéro 180 du Sévrien. Cette  décision a été prise par l’Agence Régionale de Santé dirigée par Claude Evin, sans concertation avec la Ville de Sèvres. Un seuil de 30 000 patients annuel minimum est nécessaire pour conserver un service d’urgence. La fermeture a également été précipitée par le départ des médecins urgentistes.

Laisser un commentaire