Tribune libre

Tribune de la majorité - Février 2019

Vive l’intelligence collective
Au 21 janvier, vous étiez déjà 138 Sévriens à avoir envoyé une contribution écrite au débat national en cours. Cette participation témoigne du souhait qui est le vôtre de vous exprimer dans le cadre d’une réelle démocratie participative. Comme toutes les villes de France, la mairie en est bien consciente. C’est pourquoi elle a multiplié les possibilités d’échanges avec vous : les 8 conseils de quartier mis en place qui se réunissent sous la responsabilité de 8 conseillers municipaux délégués de quartier, les assemblées de secteur réunies périodiquement, les visites mensuelles de quartier effectuées par le maire les samedis matin, ses permanences sans rendez-vous le 1er mardi de chaque mois, la permanence hebdomadaire le samedi matin d’un élu, la 1re consultation publique organisée sur le centre-ville après 2 réunions publiques, la mise en œuvre de budgets participatifs sévriens (21 projets déposés et 11 projets mis en œuvre dans le cadre de la 1re édition) sont autant d’occasions d’échanges. C’est sans doute parce que les maires sont au plus proche des réalités du terrain et des habitants, le plus à même de les écouter et de les comprendre que les institutions locales inspirent confiance et que les élus locaux sont plébiscités dans la confiance des Français (9me baromètre annuel du Cevipof, janvier 2019). À l’image du président de la République qui multiplie les réunions avec les maires des territoires ruraux, la majorité municipale souhaite rendre hommage aux milliers d’élus locaux de ces petites collectivités, hussards dévoués, corvéables à merci et quasi bénévoles de la République d’aujourd’hui. À bien des égards, ils forment la trame de notre lien social. À Sèvres, parce que vous êtes les meilleurs experts de notre cadre de vie, nous souhaitons renforcer toujours plus cette dimension d’échanges et de co-construction de la ville avec vous. Dans cet esprit, la ville vous invitera régulièrement à relever ensemble des défis citoyens (adopter 100 écogestes en janvier, gérer une « boîte à livres » de quartier ou rejoindre Coteaux’Stop ce mois-ci, etc…). Le lancement de la 2me édition des budgets participatifs sévriens témoigne également de cette dynamique. Avec vous et grâce à vous, nous réussirons à faire de Sèvres une ville où il fait toujours meilleur vivre.
Les élus de la majorité municipale
(non-inscrits ou membres de LR, de LREM, de l’UDI ou du Modem)


Tribunes de l'opposition - Février 2019

Pacte social, démocratie locale
Impossible de rester silencieux à propos du mouvement des gilets jaunes. Ce ne sont pas les inégalités en soi qui conduisent à l’exaspération et à la révolte, mais la rupture du pacte social, qui laisse des catégories entières de citoyens au bord du chemin, des mesures qui rendent la vie quotidienne encore plus difficile : taxation des carburants, fermeture d’agences publiques, abandon de maternités par exemple. Répondre par la force ou le mépris ne peut qu’accentuer cette rupture.
La démocratie et la politique devraient garantir le pacte social, mais pour beaucoup cela n’est plus crédible, et c’est bien compréhensible quand les politiques eux-mêmes renoncent à tenir leur ligne, se replient sur des questions sociétales ou trop abstraites, restent silencieux face à des abus, et abandonnent les citoyens. La « nouvelle classe politique » cooptée et socialement homogène, déconnectée, ne se révèle pas la réponse.
Alors qui sont les politiques ? C’est chacun de nous, par son vote mais aussi par sa participation directe. Les élections municipales approchent, chacun peut et doit s’approprier les sujets qui sont ceux d’une ville de logements et de mobilité, absolument diverse dans ses habitats et sa population. La politique locale doit assurer le soutien aux familles, leur rapport à l’école et au périscolaire, l’insertion et la prévention, préserver les services de santé ; agir en médiateur pour les compétences transférées, comme la voirie, l’urbanisme, les déchets.
La vie politique commence au niveau local. À chacun de prendre son tour et de contribuer à sa remise en état nécessaire, de participer au renouvellement ; d’apporter sa force de proposition, sa vigilance, mais aussi sa participation. Nous avons tous des compétences, à chacun d’entre nous sur Sèvres d’être acteur dans notre ville pour une politique différente.
Vincent Delacour, vincent.delacour@sevres.fr
Anne Marie de Longevialle-Moulai, am.delongevialle@sevres.fr

Changeons le système, pas le climat !
Le changement climatique est une des questions centrales du grand débat national, voilà l’occasion de faire un point sur les (in)actions locales et intercommunales.!
Les déclarations des élu-es de GPSO concernant le plan climat ne sont pas satisfaisantes. Elles sont pétries d’autosatisfaction, or les résultats sont mauvais. En dix ans, notre intercommunalité n’est pas parvenue à faire baisser les émissions de CO2. On ne voit pas alors comment notre territoire peut tenir ses engagements et diviser par 4 ses émissions d’ici 2020.
Cela fait des années que nous alertons la majorité municipale sur l’urgence climatique. Des années que nous savons que, si des mesures fortes ne sont pas prises, les températures vont s’élever, jusqu’à 50°C en été. C’est particulièrement vrai en ville où les « îlots de chaleur » sont favorisés par le grignotage continu des espaces de nature. Il est indispensable de les sanctuariser, d’en créer de nouveaux et de les relier entre eux.
Au lieu de cela, nous voyons émerger des projets délirants tels que celui porté par le département sur l’île de Monsieur. Il s’agit de la construction d’un « complexe aquatique », susceptible d’accueillir 1 200 baigneurs, en zone rouge du plan de protection des risques d’inondations. Alors que la prairie actuelle est régulièrement inondée, le département a décidé de tout bétonner, avec la complicité de la ville de Sèvres qui a modifié son plan local d’urbanisme afin de rendre ce projet possible. On pourrait malheureusement multiplier les exemples. Il nous apparaît que le système électoral actuel a montré ses limites, et qu’il est nécessaire de le changer. Ce n’est qu’en instaurant une proportionnelle intégrale à toutes les élections locales que nous pourrons modifier les rapports de forces et mettre enfin en œuvre les réformes qui s’imposent.
Catherine Candelier
catherine.candelier@free.fr
Luc Blanchard luc.blanchard@free.fr
http://sevres.eelv.fr/
contact groupe local :
carole.wessel@orange.fr


Archives « Tribune libre »

Haut de page