Tribune libre

Tribune de la majorité - Janvier 2020

Oui aux réformes
Voilà quatre semaines que les transports en commun de la région parisienne sont bloqués. La majorité municipale condamne la situation inacceptable créée par ces grèves. Elle pénalise durement des millions de salariés et, singulièrement, les moins privilégiés d’entre eux qui n’habitent pas en petite couronne. Elle pénalise durement l’activité économique de notre pays, à commencer par l’activité des commerces, névralgique en cette période de fin d’année pour des commerçants qui se lèvent tôt et se couchent tard, sans sécurité de l’emploi et sans retraite garantie. Dans ce contexte, la volonté du gouvernement de rendre plus juste un système de retraite très inégalitaire paraît frappée au coin du bon sens.
Les débats du conseil municipal du mois de décembre autour de la charte architecturale et paysagère ont été l’occasion de souligner, une nouvelle fois, l’objectif de la majorité municipale. Il est de protéger le caractère verdoyant de nos coteaux. C’est pour les soustraire à l’appétit des promoteurs immobiliers qu’un nouveau PLU est en vigueur depuis janvier 2016. C’est également dans cet esprit qu’a été renforcée sur nos coteaux l’obligation de construction « en pleine terre » lors de la modification du PLU adoptée en septembre 2019. Cette volonté est désormais inscrite noir sur blanc dans une charte, guide de bonne pratique qui peut permettre à chacun de développer un projet architectural ou paysager soucieux de son environnement.
Notre volonté est également de végétaliser la route départementale 910. C’est pourquoi, à Sèvres, 282 nouveaux arbres seront plantés le long de cet axe, faisant plus que tripler le nombre d’arbres sévriens sur cette voie (317 à terme contre 94 actuellement). À noter que chacun de ces nouveaux arbres plantés aura d’emblée 5 mètres de hauteur minimum et entre 17 et 20 ans d’âge. Le caractère très arboré de l’avenue s’imposera donc immédiatement. C’est là un acquis certain et important.
Nous vous souhaitons, à toutes et à tous, une très bonne nouvelle année.

Les élus de la majorité municipale (non-inscrits ou membres de LR, de LREM, de l’UDI ou du Modem)


Tribunes de l’opposition - Janvier 2020

Points d’ancrages locaux de l’action sociale départementale, les Espaces Départementaux d’Action Sociale (EDAS) sont des lieux d’accueil et d’accompagnement des personnes en difficulté. Celui de Sèvres n’ouvre plus de nouvelles demandes et n’assure plus que le suivi des dossiers en cours. Pour toute nouvelle ouverture de dossier, il faut désormais que l’usager souvent démuni se rende à Boulogne. Cela peut être déstabilisant pour des personnes en difficulté qui font face à un accueil sans rendez-vous et avec une mauvaise connaissance des réalités de Sèvres. Les associations apportent leur soutien mais elles ne peuvent pas tout et des personnes fragilisées peuvent renoncer à faire valoir leurs droits. L’aide sociale fait partie des prérogatives du département, le plus riche de France n’en fait pas sa priorité. On ne veut pas croire que par cynisme le département veuille ainsi faire baisser les statistiques. Le niveau de vie des Sévriens est au-dessus de la moyenne nationale mais cela recouvre des disparités, ainsi 8.3% des Sévriens vivent en dessous du seuil de pauvreté (1026 € mensuels). De nombreux bénévoles des associations au contact de cette population ne peuvent accepter cette situation scandaleuse alors que les plus démunis ont besoin d’accompagnement de proximité. En ce début 2020, nous serons appelés à participer aux débats cruciaux pour notre ville, son quotidien et son avenir à plus long terme. Une très bonne année à tous, Sévriennes et Sévriens et à vos proches.

Anne-Marie de Longevialle Moulaï
am.delongevialle@wanadoo.fr
https://partisocialiste-sevres.org

Passons des paroles aux actes
Lors du conseil municipal du 19 décembre, la charte architecturale et paysagère de la ville a été approuvée. Ce document, réalisé avec le Conseil architecture, urbanisme et environnement (CAUE 92), décrit les bonnes pratiques dans ces différents domaines.
Cette charte est intéressante, mais absolument pas opérationnelle. Nous savons, par exemple, que pour développer efficacement la nature en ville, il faut pouvoir s’appuyer sur de grands espaces naturels en renforçant les corridors de biodiversité qui partent des massifs boisés et pénètrent la ville dense. Pour y parvenir, il faudrait identifier les espaces de nature, y compris les jardins privés, qui permettent à ces corridors d’exister. Or, la charte votée ne le fait pas. Elle se contente de préconiser de « changer la perception du fond de vallée de Sèvres en recherchant un équilibre entre minéral et végétal (...) ». Intention louable, mais concrètement comment s’y prend-on ? Certainement pas, comme le prévoit le département des Hauts-de-Seine, en bétonnant l’île de Monsieur, aujourd’hui trait d’union entre le parc de Saint-Cloud et la Seine. C’est pourtant ce que rend possible le Plan local d’urbanisme de Sèvres (PLU) adopté en 2015. Et ce n’est pas non plus en prévoyant l’abattage de 284 arbres le long de la D910 ! Ces contradictions sont véritablement scandaleuses !
De même, en matière d’architecture, de nombreux conseils sont donnés pour construire des bâtiments durables, bien insérés dans des espaces de nature. Dommage dans ces conditions que le PLU gèle les constructions sur 80 % de la commune, ne permettant de bâtir que dans le fond de vallée, déjà très dense et très pollué. Finalement cette charte n’est qu’un outil de communication de plus, pas un levier de transformation de notre cadre de vie.
En ce début d’année 2020, nous vous souhaitons le meilleur pour vous et vos proches.

Catherine Candelier
catherine.candelier@free.fr
Luc Blanchard luc.blanchard@free.fr
Josefina Cuadra josefina.cuadra@sfr.fr
http://sevres.eelv.fr/
contact groupe local :
carwesg@gmail.com


Archives « Tribune libre »

Haut de page