Tribune libre

Groupe de la majorité municipale - Septembre 2017

Engagés pour votre ville
La majorité municipale observe avec beaucoup d’intérêt l’évolution de l’actualité politique au niveau national. D’une certaine manière, les élections municipales de 2014 à Sèvres avaient anticipé les élections nationales de 2017. Les électeurs de Sèvres avaient alors témoigné de leur indépendance vis-à-vis des grands partis de droite ou de gauche en portant en tête de leur suffrage une liste indépendante qui se présentait entre une liste LR-UDI-Modem et une liste PS-EELV.
À Sèvres, ce qui intéresse avant tout notre majorité plurielle, c’est de faire avancer le bien commun, sans parti pris, sur des projets concrets. Cet engagement est la marque de fabrique de notre majorité, nous n’en dévierons pas. Pour ce seul mois de septembre, la création d’une zone de rencontre rue Brongniart, l’ouverture d’une station d’auto partage Grande Rue, celle d’un centre médical de trois cabinets aux Bruyères, la mise en place d’un nouveau Pass Jeunes Culture et Sport pour tous les jeunes sévriens scolarisés en CM1 et CM2, ou la possibilité - nouvelle - de prendre rendez-vous par internet pour le dépôt des dossiers de carte d’identité ou de passeport témoignent de cette volonté d’aller de l’avant, pour Sèvres.
L’État est décidément très doué pour faire des économies sur le dos des autres. Impécunieux, il demande aux collectivités - qui ont toutes un budget en équilibre ! -  de faire 13 milliards d’économies sur les cinq prochaines années alors même qu’elles ont déjà fait 10 milliards d’économies sur les trois dernières ! Que n’en fait-il autant ? Ce nouvel effort demandé - très difficile, voire impossible - est une diversion pour éluder une réforme structurelle de l’État qui est le vrai besoin de la France. Nous déplorons ce nouveau hold-up sur les collectivités locales qui deviennent responsables du déficit et de l’endettement de l’État.  Nous déplorons également la privation à venir de 80% de nos recettes fiscales de taxe d’habitation. L’État met  les communes sous sa coupe. C’est une coupe réglée.

20 élus indépendants, 11 élus membres de LR, d’En Marche, de l’UDI ou du Modem


Groupe des élus socialistes - Septembre 2017

A Sèvres, LREM et PS bien distinctes politiques locales ?
Le 24 septembre prochain, les conseillers municipaux et les grands électeurs du département éliront nos sénateurs. À Sèvres, un prélude instructif a eu lieu en juin quand le conseil municipal a désigné neuf électeurs suppléants. Parmi les suppléants présentés par la majorité municipale de droite figuraient les caciques locaux d’En Marche, associés avec le maire. Dont acte. Cette élection de suppléants a été boudée par plusieurs conseillers de droite pour qui, visiblement, cette manœuvre ne plait pas. La majorité du maire se déliterait-elle ? Du coté opposition socialiste et EELV, nous ne sommes pas rentrés dans ce jeu et avons présenté notre propre liste. Nous restons dans l’opposition, constructive d’ailleurs, et ce depuis le début du mandat. Nous serons très attentifs à la politique macroniène qui pourrait avoir un effet adverse sur la vie communale comme la remise en question des rythmes scolaire et la suppression de la taxe d’habitation.
À Sèvres, les impôts locaux sont un véritable enjeu. Ceux-ci ont fortement augmenté ces dernières années pour financer les gros travaux engagés par la précédente équipe municipale. Les emprunts de ces travaux étant en bonne partie remboursés, il conviendrait d’en ralentir le rythme de réduction et renégocier avec les banquiers dans un contexte de taux bas pour modérer la pression fiscale, ce que l’équipe en place se refuse à faire. Il y a pourtant un chemin pour continuer à réduire une dette faible et peu coûteuse et alléger les impôts locaux.
D’autant que la cession des parts de la SEMI devrait rapporter plus de trente millions d’euros et faciliter le financement de la rénovation du centre-ville. Le coût de cette rénovation mérite un débat et un cadrage financier ce que le maire refuse toujours.

Frédéric Durdux, fdurdux@gmail.com,
Anne Marie de Longevialle-Moulai,
am.delongevialle@wanadoo.fr

Politique sociale et équité
Face aux brillants projets pour le centre-ville, les habitants des HLM se demandent s’il y aura des miettes pour eux. Pourtant, chacun le sait, les logements sociaux sont comparativement plus taxés. Les comptes annuels et le rapport social montrent comment l’utilité est redistribuée aux habitants sous forme d’aménagement et de service. La transparence et l’équité de la politique sociale ne sont pas au rendez-vous.
Chaque année la mairie alloue environ un million d’euros de subventions aux associations : combien pour l’aide sociale dite facultative (personnes âgées, enfance entre autres) ? L’aide scolaire récolte des miettes… et toutes les écoles élémentaires ne sont pas couvertes !
Côté investissement, 30 millions d’euros de recettes exceptionnelles cette année : à surveiller, car ces recettes sont issues du domaine social, et doivent y rester.

Vincent Delacour
vincent.delacour@sevres.fr


Conseillère EELV - Septembre 2017

Chère rentrée
Miser sur l’éducation devrait être une évidence dans un monde en perte de repères. Réduire les moyens humains ou matériels alloués aux écoles, c’est pourtant le choix de la majorité municipale depuis quelques années. Cette orientation se traduit par le non remplacement des ATSEM en maternelle, par la baisse des crédits pour les fournitures scolaires ou pour les livres de la médiathèque. Par contre, on sollicite de plus en plus les familles et les factures de cantine, de centre de loisirs augmentent inexorablement. Gageons que - comme par magie - les rythmes scolaires seront modifiés l’an prochain. On nous expliquera que c’est pour le bien des enfants, et au passage on économisera encore sur le chapitre de l’éducation. Encore un effort, l’ignorance n’est pas loin. Elle, elle ne coûte rien.

Catherine Candelier
Conseillère municipale
Catherine.candelier@free.fr
http://sevres.eelv.fr/
contact groupe local :
carole.wessel@orange.fr


Archives « Tribune libre »

Haut de page