Gare de Sèvres – Ville-d’Avray : accessibilité garantie

Ouverte en 1839, la gare de Sèvres-Ville d’Avray s’adapte aux personnes à mobilité réduite. Le talus, effondré en février, a été remis en état.

La première ligne ferroviaire conçue uniquement pour le transport de voyageurs est celle de Saint-Lazare à Saint-Germain-en-Laye, inaugurée le 26 août 1837. Le projet de ligne Versailles – Paris Saint-Lazare est présenté à l’Assemblée nationale en 1836. Le débat porte sur l’intérêt comparé d’une desserte rive gauche, depuis Montparnasse, ou d’une desserte rive droite, depuis Saint-Lazare. Les deux dessertes seront finalement mises en adjudication.

Sur la ligne rive droite, les travaux durent deux ans, de nombreux ponts et deux tunnels sont construits, des terrassements très importants sont effectués. La ligne est ouverte le 4 août 1839, mais des éboulements de talus construits trop rapidement interrompent le service d’octobre à décembre. La gare de Sèvres – Ville-d’Avray est ouverte le 13 septembre 1839. Effet induit, entre 1840 et 1900, la population sévrienne va pratiquement doubler, passant de 4 600 à 8 200 habitants. Le nombre de voyageurs ayant fréquenté la gare de Sèvres – Ville-d’Avray a atteint 1,5 millions de personnes en 1931, soit près d’un siècle après son ouverture. C’est un peu moins que sa fréquentation annuelle actuelle, qui est d’environ 1 800 000 voyageurs. Elle s’adapte aujourd’hui aux impératifs d’accessibilité, notamment avec l’installation de deux ascenseurs. Ce chantier de rénovation a néanmoins été perturbé par l’éboulement du talus en février 2020.

La mise en accessibilité
Entamés au deuxième semestre 2018, les travaux d’accessibilité devaient durer jusqu’en décembre 2019. Dans un premier temps, les travaux portaient sur le bâtiment voyageurs avec la création d’un guichet accessible. La mise en conformité des escaliers fixes suivait, ainsi que la création de deux ascenseurs dont la mise en service est prévue le 5 octobre. Les quais ont également été mis aux normes.

La remise en état du talus
Le 7 février 2020, l’éboulement du talus, qui serait dû à des infiltrations d’eau, a provoqué l’arrêt des circulations jusqu’à mi-mai. Le chantier n’est pas aujourd’hui totalement terminé. Il reste notamment à remettre en état la rue du Maréchal Gallieni. Des discussions sont en cours avec la SNCF pour améliorer l’esthétique des remblais de renforcement, notamment avec la création d’une fresque sur les parois haute et basse. Des ruches seront installées sur la plate-forme intermédiaire.

La sécurisation des autres talus
Afin de renforcer, sans attendre, les talus adjacents, la SNCF a fait procéder à la pose de grands filets de protection. Il en va de même de l’autre côté des voies. Cette pose a nécessité au préalable de débroussailler les talus.

 

Haut de page

Laisser un commentaire