De la mobilisation d’urgence à l’engagement citoyen : pérenniser la solidarité

Anne, Guillemette, Christine, Coralie, Samuel, Marie, Stéphanie, Marie-Christine, Corinne, Cécile… se sont mobilisés durant la crise sanitaire pour pallier la pénurie de masques et de blouses, soutenir le personnel médical ou aider les plus fragiles. Poursuivons sur cette voie !

« Face au manque de masques et de surblouses, une véritable ruche s’est mise en place de façon artisanale, dans la bonne humeur malgré la situation anxiogène » explique Marie Sancho, nouvellement élue et très active depuis toujours sur le quartier des Pommerets. Autour du noyau dur composé de Coralie, la mercière bien connue des Sévriennes, de Corinne qui fait partie de Couture by Sèvres, de Samuel, responsable de la Pastorale Santé de Sèvres, de Cécile, représentante locale de la Croix-Rouge, et de Marie Sancho, des bénévoles se sont greffés pour tisser un véritable réseau qui couvrait toute la ville de Sèvres et même au-delà. Chaque « abeille ouvrière », comme elles se sont baptisées, se sentait investie d’une mission. Ainsi, elles ont produit en 3 mois 1 036 surblouses destinées à l’hôpital, à la Maison de la Famille, aux crèches de Sèvres et de Saint-Cloud, mais aussi à l’hôpital de la prison de Versailles ou à celui de Fresnes. Christine fait partie de ces « petites mains » aux doigts d’or : « Entre les découpes de tissu, l’approvisionnement en draps, la couture… Je ne voyais pas le temps passer. Cela a rempli mon quotidien et m’a permis de contribuer à ma façon à l’élan national. Je savais pourquoi je me levais le matin. ».
Cette opinion est largement partagée par Anne, infatigable couturière qui avait une production record de 2 blouses par jour. « C’est une certaine fierté d’avoir participé à cette mobilisation » avoue l’orthophoniste à la retraite « De plus, je me suis découvert un talent de styliste. » poursuit Anne avec humour.
La bonne humeur, la bonne volonté et la confiance ont été les outils majeurs de la réussite de cette mobilisation d’urgence. Une mobilisation ponctuelle qui pourrait bien servir de déclic pour un engagement citoyen plus pérenne
En effet, au-delà de l’exemple des « abeilles ouvrières », une centaine de personnes ont contacté la Croix-Rouge afin de proposer leurs services, essentiellement aller chercher des médicaments, ou faire les courses pour des personnes fragiles. Quarante-cinq familles ont pu en bénéficier. Et nombreux sont les bénévoles qui souhaitent s’investir dans de prochaines missions.
Le Forum des associations et du bénévolat, qui se tiendra les 5 et 6 septembre, permettra à chacun de trouver la structure qui lui correspond afin que cette mobilisation citoyenne se pérennise et se transforme en véritable engagement citoyen.

Haut de page

Laisser un commentaire