Circulations piétonnes : le chemin parcouru

En matière de circulations douces, l’escalier Saint-Pierre et l’escalier Rodin rejoignent les nombreux escaliers, sentes et cheminements déjà rénovés.


Entamé en 2014 avec la rénovation de la rue du Clos Anet et de la rue de la Louve ou la remise en état de la sente menant de la rue des Fontaines au quartier des Bruyères, le programme d’amélioration des circulations douces suit son bonhomme de chemin. En 2015, un trottoir est créé le long de la rue de la Garenne, le chemin de halage est aménagé. En 2016, le trottoir de la Grande-Rue de la mairie à la rue des Caves du Roi est refait, l’escalier des Châtre-Sacs est rénové. En 2017, la rue Brongniart devient une zone de rencontre, destinée à apaiser la circulation. Cette année, c’est au tour de l’escalier et de la rue Saint-Pierre d’être rénovés dans le même esprit que l’escalier des
Châtre-Sacs et la rue du Clos-Anet. Grès rose pour l’escalier et chaussée en plateau avec caniveau axial en pavés de grès pour la rue. L’escalier Rodin est également revu.

Un programme pluriannuel de près de 5 millions d’euros

La rue des Bas-Tillets suit le mouvement avec d’importants travaux qui s’échelonnent sur 2017 et 2018 et une livraison prévue début 2019. Toujours en 2019, les rues Benoît Malon, Anatole France, Descartes, Ernest Morlet et des Châtre-Sacs vont subir une cure de jouvence, dans le but d’y faciliter les circulations piétonnes et cyclistes. La promenade des Jardins, le long de la Manufacture, va enfin voir le jour. Puis ce sera au tour de l’escalier Gigot d’être rénové. Ce sont au total plus de 4,7 millions d’euros qui sont consacrés à ce programme de circulations douces, mené avec l’aide de Grand Paris Seine Ouest.

Haut de page

Laisser un commentaire