Centre-ville : l’heure du choix

Au terme d’une démarche participative lancée en mai 2016, de plusieurs ateliers thématiques et de quatre réunions publiques, les électeurs sévriens sont appelés à choisir le projet définitif de réaménagement du centre-ville.


Si au fil des réunions publiques et des différents scénarios possibles de réaménagement du centre-ville, un consensus s’est progressivement dégagé autour de la place du marché, la refonte de l’entrée du centre-ville n’est pas tranchée. Les deux projets vont donc être soumis au vote dès ce mois de mars 2018.

La place du marché

Dans le projet choisi, une place centrale est créée là où se déploient actuellement la halle du marché et la rampe d’accès au parking Saint-Romain.
Le marché est déplacé au rez-de-chaussée du centre administratif réhabilité. Cette implantation lui permet de profiter d’une ouverture directe sur la place par une halle vitrée, ainsi que d’une meilleure visibilité depuis l’avenue de l’Europe. Sur la nouvelle place du Marché, un café-restaurant peut s’installer en fond, devant les nouveaux jardins du Vieux Colombier.
Le commissariat s’installe à la place des anciens locaux de la Poste. Un accès à un nouveau parking souterrain de 120 places, directement situé sous le futur marché, est créé sur l’avenue de l’Europe requalifiée, au rez-de-chaussée du centre administratif.
Dans ce scénario, tous les logements sont conservés. La liaison piétonne entre la rue de Ville-d’Avray et la place est facilitée par la création d’un cheminement piéton.
L’espace public derrière le nouveau marché est aménagé en square de quartier, générant une continuité verte jusqu’au jardin de l’église via les jardins du Vieux Colombier.

L’entrée du centre-ville

Le scénario A propose la construction d’un « bâtiment de proue » sous forme d’un immeuble de 3 étages, en lieu et place de la station-service et du café.
Ce bâtiment accueille des salles associatives, 19 logements et 250 m2 de surface commerciale.
Le trottoir sur l’avenue de l’Europe est élargi et végétalisé. En parallèle, l’aménagement du passage sous le pont du 8 mai 1945, par la démolition des salles associatives, permet de créer un cheminement piéton agréable et redonne une visibilité sur l’église et le centre-ville. Une continuité verte se déploie ainsi depuis la mairie jusqu’au jardin de l’église, et au-delà avec la végétalisation de la nouvelle place du marché.
Le pont du 8 mai 1945 est également requalifié pour offrir plus de place au piéton.

Le scénario B propose de même la disparition de la station-service, mais privilégie un petit bâtiment, une « maison » de deux étages. Ce bâtiment accueille des salles associatives et 140 m2 de surface commerciale sur les 2 premiers niveaux.
On retrouve dans ce scénario des aménagements similaires, avec l’élargissement et la végétalisation de l’espace public sur l’avenue de l’Europe, l’aménagement du passage sous le pont de 8 mai 1945 et la rénovation de ce même pont.
Ce scénario B a un coût plus important pour les finances publiques que le scénario A.

 

 

Haut de page

Laisser un commentaire