Cédric Sirugue : Directeur général des services municipaux (DGS)

« Préoccupé et fier », c’est ainsi que Cédric Sirugue résume son état d’esprit actuel. Fier des agents publics qui sont engagés depuis le début du confinement. « Ils sont là sur le pont, mobilisés et attentifs ».


« Ils m’épatent » répète-t-il entre chaque anecdote sur des agents municipaux aidant des Sévriens. Il s’agit aussi bien de familles endeuillées accompagnées par les Services à la Population et par la responsable du cimetière, de personnes désemparées soutenues par le Centre Communal d’Action Sociale ou l’Espace Seniors, d’enfants de soignants accueillis chez une assistante maternelle ou dans un accueil de loisirs, de personnes logées dans le centre d’hébergement…
« Nous ne sommes pas des soignants, des forces de sécurité ou des employés de l’alimentaire, mais nous sommes là pour les aider. C’est maintenant que nous devons répondre présent ».
Si la direction des Ressources humaines a organisé, avec vigilance, le travail à distance des uns et la rotation des autres afin d’assurer la continuité de l’action municipale, un groupe d’agents ne connaît pas le confinement et reste présent à l’hôtel de ville.
Les précautions ont été prises, le plus tôt possible, pour protéger le personnel. Le télétravail est efficace. Le service informatique a été réactif et ingénieux. Il permet notamment aux services financiers et comptables, avec la Trésorerie, d’assister les entreprises en difficulté. Le service des Marchés publics prépare la reprise d’activité, vitale pour les sociétés prestataires de la ville.
Cédric Sirugue insiste pour préciser que le service public mobilisé ne se résume pas aux services municipaux, « les salariés de l’entreprise de nettoyage font un travail précieux et indispensable pour nous permettre de travailler ». La bonne collaboration avec la Poste, la Préfecture et GPSO sont aussi salués. « L’intercommunalité donne tout son sens dans une période comme celle-ci, elle accroît les forces de la mairie. Avec le Territoire et les villes voisines nous parvenons à répondre aux diverses inquiétudes ».

Les activités de chacun ont été bouleversées. Les chauffeurs de la ville, les responsables de la formation professionnelle et de la régie municipale se sont transformés en livreur d’équipements pour hôpitaux ou médecins. Le centre technique municipal s’est reconverti en créateur de paravent anti microbes ! Le chargé de sécurité et prévention devient négociateur d’achats de masques ou gels et en déjoue les pièges. Chaque jour, des agents de tous horizons professionnels se succèdent à l’accueil téléphonique et physique pour renseigner, orienter ou rassurer les usagers.
Le DGS n’a aucun doute sur la motivation des agents, « elle est palpable ». « Les habitants et les associations si entreprenantes sont une source de motivation pour chacun de nous ».
« Nous échangeons plus entre nous qu’avant la crise, j’essaie de passer voir chacun. L’ambiance est bonne, ce qui est capital. » Par courriels, téléphones, vidéos ou contacts encadrés, le DGS peut compter sur chacun des responsables municipaux et sur son directeur adjoint, confiné, afin de prendre la relève à tout moment. « Ce n’est pas toujours agréable mais je dois protéger mes collègues, c’est mon rôle ».
Avec le maire, qu’il continue de rencontrer, « nous respectons le mesures barrières même si ce n’est pas très convivial ! »

Haut de page

Laisser un commentaire