Animaux – Sculptures d’Achiam

Du 4 avril au 4 mai 2019 – Hôtel de ville – Mezzanine – 54, Gr­an­de-Rue.
Redécouvrez certaines œuvres d’Achiam, sculpteur sévrien disparu en 2005. La Mezzanine vous présente une sélection de ses sculptures d’animaux. Il a travaillé la pierre (basalte, granit, serpentine, albâtre…), mais aussi le bois et le bronze, dans un style figuratif.
Vernissage le mercredi 10 avril à 19 h.

Du 4 avril au 4 mai à la Mezzanine, venez découvrir une quinzaine de sculptures d’Achiam, sculpteur sévrien.

Décédé en mars 2005 à l’âge de 89 ans, Achiam repose dans le cimetière de Sèvres, la ville qu’il avait choisie avec son épouse, Odile. Sa maison, rue Maurice Berteaux, est un musée à ciel ouvert. C’est parmi les massifs fleuris que s’épanouissent et vivent les œuvres d’Achiam : quarante grandes sculptures, deux cents plus petites et des esquisses. On côtoie beaucoup de femmes dans le jardin : jeunes, enceintes, accouchant, belles, impudiques. Personnages bibliques, musiciens et animaux peuplent aussi l’espace. Achiam travaillait l’albâtre, la serpentine, le bois, le bronze, mais il avait une préférence pour la pierre volcanique de sa terre originelle de Galilée.
Issu d’une quatrième génération de Juifs établis en Israël, Achiam s’est d’abord consacré à faire revivre la ferme de son père. Emprisonné pour agitation politique lorsque la Palestine devient protectorat anglais, il découvre sa passion pour la sculpture en creusant un bas relief avec un clou dans le mur de sa prison. Il quitte son pays pour la France en 1947 pour se consacrer à son art. En 2003, Israël lui dédie un musée, à Shuni, qui présente une centaine de ses oœuvres, dans un amphithéâtre romain, près d’une fontaine où la légende dit que les femmes qui s’y baignaient devenaient fécondes. Mais nous partons, à la Mezzanine, à la découverte de son bestiaire où bison, caméléon, dromadaire, chat, chien se côtoient.

Achiam né en 1916, en Galilée, sous l’Empire ottoman. Il fait une école d’agriculture pour gérer la ferme de son père. En 1947, il part pour la France, où il rencontre Zadkine et Brancusi et suit des cours à l’école des Beaux-Arts. En 1965, il reçoit le Grand Prix de la Ville de Paris. Il expose dans des galeries parisiennes et dans le monde. Ses œuvres sont acquises par de nombreux musées dont le musée national d’Art Moderne de Paris. En 1998, il expose ses œuvres dans les rues et les jardins de Sèvres, où il décède en mars 2005. On peut voir certaines de ses œuvres à Chaville, Issy-les-Moulineaux, Meudon, Vanves, Ville d’Avray et à Sèvres : dans le jardin de l’hôtel de ville, près du conservatoire, à la crèche du Vieux Moulin, place du Coq et au début de la rue de Ville-d’Avray. Achiam était Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres.

Animaux
 Hôtel de ville, 54, Grande Rue
 du 4 avril au 4 mai.
Vernissage le jeudi 4 avril à partir de 19 h à La Mezzanine.

Haut de page

Laisser un commentaire