André Henry : un conciliateur à votre écoute

André Henry a pour mission de trouver une résolution à l’amiable des conflits afin de désengorger les tribunaux. Ses qualités d’écoute, son pragmatisme, ses connaissances juridiques font de lui un interlocuteur privilégié en cas de litiges.

Tous les lundis matin de 9 heures à 12 heures, à la Maison de la Famille, galerie du Théâtre, André Henry prête une oreille attentive et bienveillante à toutes ces tracasseries qui empoissonnent notre quotidien sans qu’elles ne trouvent une solution. « Les personnes arrivent dans mon bureau quand elles se sentent impuissantes et démunies. Elles ont le sentiment de ne pas être entendu. Même si je ne viens pas du sérail juridique, mes connaissances en droit commercial, en droit immobilier, en droit du travail….acquises tout au long de ma vie professionnelle, me permettent de suggérer des solutions » explique cet ancien chef d’entreprise. « Nous suivons d’ailleurs des formations à l’École Nationale de la Magistrature afin d’acquérir ou d’actualiser nos outils réglementaires. » ajoute le bénévole assermenté.
Parfois, le défi est ailleurs, au-delà des connaissances juridiques. Dans certains conflits, comme ceux de voisinage, le conciliateur a presque un travail psychologique à effectuer « J’ai observé que dans 80% des cas, les « acteurs »du conflit ne se parlent pas depuis longtemps et souvent ils ne savent plus vraiment comment ils en sont arrivés là. Le but est de réunir tout le monde autour d’une table. La négociation peut alors commencer… Et c’est souvent une simple question de bon sens. » confie André Henry.

Un travail psychologique

À 75 ans, ce pilote d’aviation légère et sportive garde l’esprit vif et curieux. « C’est très satisfaisant de se dire que l’on a résolu une situation de tension, de voir des personnes se reparler. Par ailleurs, c’est stimulant de se confronter à des situations nouvelles. Quand je ne connais pas un domaine, je fais des recherches, j‘active mon réseau pour trouver la bonne information. Confronté aussi bien à des problèmes de branches d’arbre qui dépassent sur la propriété du voisin, des nuisances sonores, des litiges entre employeur et employé, un conflit au sein d’une copropriété, ou un particulier qui se plaint d’un achat défectueux sur Internet… Il faut trouver une réponse, cependant, je ne suis pas là pour dire le Droit, cela reste le travail du juge. Ma mission est de trouver une solution à l’amiable et il me plait d’expliquer qu’une conciliation réussie n’a pas besoin d’un constat d’accord car le lien social est rétabli! » conclut le nouveau conciliateur.

Haut de page

Laisser un commentaire