14es Rencontres de l’Imaginaire

Du 7 novembre 2017 au 5 janvier 2018 – Journée phare le 25 novembre au Sel.
La ville fête la science-fiction et la fantasy à travers des expositions et une journée phare le 25 novembre au Sel.

Rencontres de l’Imaginaire 2017 – Programme

Expositions

Mikha Saru : Chimaera | Du 7 novembre au 8 décembre à l’esc@le     
Jean Ray-John Flanders : Fantastique ! | Du 15 novembre 2017 au  3 janvier à la Médiathèque
L’univers graphique de Benjamin Carré | Du 25 novembre au 13 décembre au Sel (espace Galerie)
Explorons des planètes géantes : Tschai et  le Grand continent | Du 25 novembre au 13 décembre au Sel (Entresol)
Jules Verne illustré | Du 29 novembre 2017 au 5 janvier 2018 à La Mezzanine

Samedi 25 novembre

Remise du Prix ActuSF de l’Uchronie  à 10 h 30 au Sel    
Rencontres et dédicaces  de 10 h 30 à 18 h 30 au Sel    
4 tables rondes de 11 h à 17 h 30 à L’esc@le dont une avec l’invité d’honneur Jean-Michel Nicollet à 15 h.

Invité d’honneur : Jean-Michel Nicollet

Jean-Michel Nicollet a une longue carrière d’illustrateur pour la littérature adulte et jeunesse. Son style a marqué des générations de lecteurs.

Études artistiques

Après des études aux Beaux-Arts de Lyon, sa ville natale, Jean-Michel Nicollet débute en tant qu’assistant décorateur. Il publie en parallèle ses dessins dans le domaine publicitaire ou dans la presse. Très vite, il se tourne entièrement vers l’illustration. Ses talents d’illustrateur lui permettent de publier ses premières couvertures chez Gallimard et Denoël, puis de travailler pour l’éditeur américain Harlin Quist à l’iconographie du Conte de Ionesco n° 4.

La SF et le fantastique, ses passions

Mais c’est sa rencontre en 1975 avec la maison d’édition de bandes dessinées Les Humanoïdes associés qui lui ouvre les portes de la science fiction et du fantastique. En 1977, il intègre la rédaction du mythique magazine Métal Hurlant. Il sort des albums (Le diable, Ténébreuses affaires, Le Rejeton de l’univers…). Plus tard, il travaille pour plusieurs éditeurs tels que Néo, Lattès, Laffon pour leurs collections fantastiques.
Il est aussi appelé par Jean-Jacques Annaud pour faire des dessins préparatoires pour le film Le nom de la rose.

Un style incisif

L’artiste sait créer des atmosphères sombres et effrayantes, peuplées de créatures fantastiques, de personnages maléfiques ou mystérieux, de robots… dans des décors angoissants. Pour les romans jeunesse, son style est plus coloré, tantôt inquiétant, tantôt léger et humoristique selon l’histoire… Utilisant différentes techniques, son trait est précis et vous fait frissonner.  En 1984, il participe à la création de l’école Émile Cohl à Lyon et y enseigne jusqu’en 2013. Il se consacre à la peinture et à l’illustration.

Benjamin Carré
L’affiche de ces 14es Rencontres de l’Imaginaire a été imaginée et dessinée par Benjamin Carré.
Artiste digital et illustrateur né en 1973, il se forme à l’ESAG Paris. Il travaille dans l’univers du jeu vidéo et dans l’illustration. Il a à son actif de nombreuses couvertures de livres pour les édition J’ai lu, Denoël ou Gallimard, et une bande dessinée Smoke city en 2 tomes (scénario de Mathieu Mariolle). En 2001, il reçoit le Grand Prix de l’Imaginaire et le prix Visions du Futur pour ses illustrations de couvertures. Il est passionné de l’univers Star Wars.
Haut de page

Laisser un commentaire